Direct du coeur - Florence Medina

Ma mère m'a mis le deal entre les mains dès la fin du premier trimestre de seconde : soit je remontais ma moyenne générale de deux points, soit j'étais inscrit d'office à une option cette année. Il aurait suffi que je bosse un peu... Mais ça ! Faut croire que mes profs ont raison, je suis partisan du moindre effort. Le seul truc auquel j'ai échappé, c'est d'aller faire du russe ou du badminton dans un lycée à l'autre bout de Paris. Quitte à me taper une option, je voulais pas me faire des transports en plus. Résultat des courses : LSF.
- Quoi ? j'ai dit la première fois que ma mère m'a parlé de ça.
- LSF, langue des signes française.
- Mais pour quoi faire ? C'est pour les sourds, la langue avec les mains. Je suis pas sourd. Franchement, j'ai même jamais croisé un sourd de ma vie. A quoi ça va me servir d'apprendre la LSF ?
- A avoir des points au bac !
- Mais maman...!
Je suis sensible à la notion de handicap au sein de la société. Alors je n'ai pas réfléchi longtemps avant de m'inscrire à cette masse critique Babelio. La langue des signes me fascine et j'avais vraiment envie de me plonger dans cet univers.
Nous allons vivre cette histoire dans la tête de Tim, un lycéen de 17 ans. Sa mère veut lui donner les moyens d'avoir son bac donc l'oblige à prendre une option. Et pas le choix, les autres sont complètes, ce sera LSF, langue des signes française. Mais ce n'est pas tout: ca se passe tous les vendredis soirs...de quoi gâcher sa soirée entre potes. Bref, il n'y va pas de gaieté de cœur. Mais Tim va vite réaliser que ce cours va devenir bien plus qu'un moyen de gratter des points au bac...
Comme je vous l'ai dit, on est dans la tête de Tim. Et on lit comme il parle. Cela m'a un peu surprise au début au niveau syntaxe mais finalement j'ai trouvé que ça nous rappelait bien le caractère juvénile de notre personnage.
J'ai été un peu perdue dans ma lecture au niveau de mes ressentis. J'ai vraiment accroché avec le côté LSF, la culture Sourds à part entière, cette notion d'identité très forte, mais aussi les préjugés des Entendants envers les Sourds tout comme la réciproque. Être Sourd, ce n'est pas forcément un handicap mais davantage une singularité physique. J'attendais de ce livre qu'il puisse apporter une ouverture d'esprit aux lecteurs ciblés tout comme à un plus large public. Je suis plus que satisfaite. Moi-même, j'ai pu pu comprendre des aspects qui m'échappaient. L'exemple de l'implant est très démonstratif. La personnalité de Tim favorise grandement cette compréhension car s'il y a une question ou une réflexion à ne pas poser ou ne pas faire, lui va s'en charger maladroitement. J'ai beaucoup aimé sa spontanéité même si elle lui fait souvent défaut.
Concernant la partie romance, j'ai été longtemps mitigée, pensant qu'elle mettait trop de temps à s'installer avant de voir un revirement de situation que je n'ai pas trop compris. Mais c'est un roman qu'il faut lire jusqu'au bout avant de le juger, un peu comme les relations humaines, ne pas s'arrêter à des préjugés ou aux apparences. Tout a pris son sens après l'épilogue. J'aime quand un livre me bouscule et ne prend pas la tournure à laquelle on s'attendait. 
Je remercie l'auteure de m'avoir apporté un autre regard sur la Communauté Sourde. J'espère que Tim et son histoire permettront à d'autres lecteurs de faire évoluer leur mentalité.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Nombre de visites depuis le 1er Octobre 2017