Addicted to sin - T.1 / Monica JAMES

Résumé de l’auteur :

Depuis que sa fiancée l'a quitté six semaines avant leur mariage, Dixon Mathews a renoncé à toute liaison durable. Il enchaine les rencontres éphémères et n'hésite pas à coucher avec les patientes qui fréquentent son cabinet de psychiatre. Mais alors qu'il pensait ne plus jamais éprouver d'intérêt durable pour elles, deux femmes vont croiser son chemin. Juliet est belle et toxique, addict au sexe. Madison est innocente et fragile. Une l'attire sexuellement, l'autre touche son âme et son coeur.


Dixon n'est peut-être pas le meilleur des hommes et il a ses faiblesses mais il sait qu'il doit choisir. Mais les choix les plus évidents ne sont pas toujours les meilleurs et la voie la plus simple peut parfois se compliquer.


Dixon va vite découvrir ce qu'il veut vraiment mais les erreurs du passé reviennent souvent hanter le présent.

 

Mon avis :

Ce premier roman, de l’auteur Monica JAMES, paru en France le 6/10/2016, je l’attendais avec impatience – et le mot est faible -. Et pourtant, je ne la connaissais pas du tout. Bien sûr, la couverture avait accroché mon regard au premier coup d’œil mais c’est le résumé qui m’a surtout attirée. Lorsqu’il y a deux femmes au cœur d’une histoire, c’est pour moi le gage d’un roman avec plein de rebondissements qui me feront passer par tout un tas de sentiments. Encore une fois, je ne me suis pas trompée sur cette précommande « coup de cœur ».

 

C’est un pari osé que le choix du métier du personnage masculin Dixon qui est psychiatre spécialisé dans les addictions, ayant lui-même une addiction ; et pas n’importe laquelle : le sexe. Habituellement dans la New Romance, nous trouvons des chirurgiens. Dans ce livre, le côté médical et surtout psychiatrique aurait pu me faire fuir. Et bien pas du tout, je ne me suis pas posée la question. Dans ce style de littérature new romance, une auteure ne peut pas faire l’erreur de proposer une histoire soporifique.

 

Et pour moi le pari est réussi car Monica JAMES nous propose un roman avec une histoire vraiment bien construite où tout se tient parfaitement ; bravo pour les références médicales même si parfois je me suis sentie très seule face à des termes qui m’étaient inconnus. Les personnages sont attachants ou détestables – tout ce que j’aime -. Ils ont chacun leur propre complexité qui nous fait tourner les pages pour en savoir toujours plus. En ce qui me concerne, je me suis prise au jeu d’analyser l’analyste (Dixon) surtout mais aussi tous les facettes des autres personnages un peu plus que d’ordinaire.

 

Je suis admirative par l’écriture de l’auteure notamment concernant Dixon qui est un personnage à deux faces. L’homme meurtri par une histoire d’amour brutalement interrompue et qui se sert des femmes comme de simples objets pour assouvir son addiction au sexe : une femme, un soir ; pas de problème d’attachement et de déception éventuelle. Et paradoxalement, c’est un homme tendre, patient et prêt à tout lorsqu’il aime.

 

Lorsqu’il va croiser le chemin de deux femmes totalement opposées, il va passer d’une face à l’autre. Dans sa relation avec Juliet, la partie sombre de sa personnalité se révèlera. Malgré une relation qu’il sait toxique, il est attiré par elle.

« Dès que je l’ai vue, je savais qu’elle n’annonçait rien de bon »

 

Mais sa rencontre avec Madison, fragilisée par un évènement douloureux, va bouleverser cette façon de vivre qu’il avait mise en place pour se protéger. Et dans cette relation, il se montre sous son côté tendre, attentionné, patient et vraiment attachant.

« Son innocence, sa pureté, mais surtout son honnêteté ont l’effet d’un bol d’air frais. Je me rends compte à quel point j’étais privé d’oxygène »

 

On découvre une autre forme de tendresse chez lui : lorsque cela concerne sa famille. Certains passages sont bouleversants et vraiment touchants. Dans ces moments, plutôt que l’homme, on a l’impression de se trouver face au petit garçon à qui un bout de vie a manqué. C’est poignant tellement les mots justes ont été utilisés pour faire passer l’émotion de ces moments.

« Quand on est jeune, on n’apprécie pas ses parents et tout ce qu’ils ont fait pour nous. Aimer ses parents, ça ne se fait pas. Mais plus on grandit, plus on se rend compte de tout ce qu’ils ont fait pour nous »

 

Et enfin, ce qui m’a énormément touchée : les petites touches d’expression en italien qui donne un plus, très fort, à certains passages.

 "Il mio angelo" - "Sei una bella ragazza con gli occhi belli" - "Papà ? Ti amo"

 

Au final, je me suis demandée : le sexe est-il sa réelle addiction ? Et tout le cheminement de ce livre, répond à cette question. Je ne vous donnerai pas la réponse que, moi, j’ai trouvé à cette question ; elle sera propre à chaque lectrice en fonction de son ressenti.

 

Enfin, je ne peux parler de ce livre sans évoquer qu’il y a aussi des scènes très drôles grâce aux deux amis de Dixon - Finch & Hunter - avec une mention spéciale pour Hunter ; j’ai adoré ce personnage qui m’a fait passer de bons moments de rire, de sourire et qui allège l’histoire.

« A quoi bon acheter une vache quand on peut obtenir gratuitement son lait ? »

 

Malheureusement, ce roman ne s’arrête pas là ; puisque l’histoire se termine sur une porte ouverte sur le 2ème tome avec lequel je ne pense pas être déçue. J’espère en apprendre encore plus sur certains points et j’ai hâte de retrouver ces personnages qui vont être liés encore pour un petit bout de temps dans le meilleur, je l’espère mais dans le pire, j’en suis certaine. Et savoir qui, de l’ange ou du démon, sortira vainqueur de cette belle histoire. Je suis impatiente de lire la suite qui paraîtra le 10 Novembre 2016, déjà pré-commandée bien sûr.

 

Merci Monica JAMES.

Écrire commentaire

Commentaires : 4