ROYAL SAGA - Geneva LEE


Clara Bishop est une femme moderne. Brillante jeune diplômée, introvertie et échaudée par un passé amoureux catastrophique, elle est bien décidée à faire de sa carrière un succès. Elle accepte un jour de suivre sa colocataire à une réception huppée à laquelle participe tout le gotha et rencontre un bel et mystérieux inconnu au charme ravageur au détour d’un couloir.


Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre quelques jours plus tard à la une de tous les journaux à scandale une mauvaise photo floue de leur furtif baiser. Elle a embrassé le Prince héritier Alexander de Cambridge et il veut la revoir… Prince d’accord mais surtout bad boy ! Pas prince charmant pour deux sous. Il contrôle, il exige. Il est dangereux. Et elle n’arrive pas à lui dire non…


Tous les deux ont des secrets qui pourraient les déchirer ou les conduire à se rapprocher, mais les paparazzis emmêlent tout. Elle doit décider jusqu’où elle est prête à aller… pour le roi et pour le pays.


Entre secrets et scandales, une relation explosive nait de leurs étreintes passionnées mais le sort et la presse s’acharnent et tous deux luttent autant contre leurs démons que leurs familles pour arriver à s’aimer.

 

 

 

 Laissez-moi vous présenter un conte de fées d’un genre nouveau !


Comme dans tous les contes de fées, l’histoire commence ainsi : Il était une fois ………


* Clara, 23 ans, jeune diplômée d’Oxford, issue d’une famille aisée mais non titrée. Réservée, elle vit à Londres avec sa colocataire et meilleure amie Annabelle. Echaudée en amour et avec un passé familial qui n’a pas toujours été idyllique, elle n’a qu’une ambition : faire carrière. Comme elle le dit elle-même, « La nouvelle Clara Bishop n’a pas de temps à perdre avec des plays-boys, des histoires anciennes et des drames en tout genre ».

 

 

La vie de Clara fait l’objet de toutes les attentions envahissantes de son entourage. Mais c’est sans compter sur sa détermination à prendre sa vie en main ; telle qu’elle l’entend.


* Alexander, aristocrate, prince héritier de son état. Virilité pourrait être son deuxième prénom : Physique ravageur, il est l’archétype même de l’homme riche et puissant. L’intensité de son regard pourrait faire se damner un saint et embraser les petites culottes. Comme il le dit lui-même, « il ne fait pas dans la romance ». Il ne peut pas ou il ne veut pas aimer ? Il va se révéler mystérieux mais vulnérable, sombre parfois, dominateur mais protecteur.

 

 

Chacun a sa part de mystère et de secrets. Sauront-ils se faire confiance et s’apprivoiser pour affronter les douleurs du passé qui menacent de refaire surface ? Et leurs faiblesses sauront-elles devenir une force commune ?

 

 

Le résumé de l’auteur étant plus que complet, en dire plus serait prendre le risque de franchir la ligne rouge du spoiler.

 

 

Ce roman, je l’ai découvert par hasard en surfant sur le net. Alors bien sûr, la couverture m’a interpellé mais ça n’a pas été l’élément qui m’a donné envie de découvrir cette histoire. Je me suis surtout intéressée au contexte : la royauté en Angleterre. En littérature romantique, on trouve beaucoup d’histoires avec des hommes d’affaires très riches, des musiciens, des bad boys tatoués ; mais rarement des aristocrates. Et je me suis dit : pourquoi pas, pour voir ce que ça donne. Alors nous y voilà !

 

 

Clara & Alexander ont en commun un passé douloureux et des douleurs profondes. Après une rencontre qui m’a tout de suite plongée dans l’histoire, j’ai pu les voir évoluer, dans des moments de doute voire de tristesse, dans des échanges torrides parfois un peu trop longuement détaillés et trop répétitifs – une simple suggestion serait parfois suffisante -, dans des moments de tendre complicité malgré l’adversité.

 

 

Au fil des pages, j’ai découvert des rivalités, des hypocrisies flagrantes, des complots et des trahisons. Et me suit demandée s’ils allaient devoir seulement compter sur eux-mêmes ou devoir sacrifier leur amour au nom de la royauté. Ce n’est pas une histoire basique avec un homme, une femme et une romance. L’auteure nous amène progressivement vers la trame réelle de l’histoire : à savoir, les passés respectifs de Clara et Alexander. Et les conséquences que cela peut engendrer.

 

Durant cette lecture, j’ai un peu enragé, j’ai beaucoup souri et j’aurais parfois aimé entrer dans le livre et serrer Alexander, soyons honnête ! Et mon coeur s’est serré au moment de l’épilogue de ce premier opus. Même les larmes n’étaient pas loin. Et j’en ai un peu voulu à Geneva LEE de me laisser comme ça. Premier sentiment qui, en général, n’est que passager. Comme pour toutes les auteures qui nous maltraitent un peu au début pour mieux nous les faire, finalement, aimer à la fin de leur saga.

 

 

Dans ce roman, j’ai vraiment apprécié certains personnages secondaires. Mais, comme dans tout roman, j’ai aussi détesté certains personnages secondaires que j’aurais volontiers giflés. Mais sans ces personnages, ce ne serait qu’une banale histoire à l’eau de rose. Un seul petit regret par rapport à ces personnages secondaires : la présence de certains s’amenuise au fil des chapitres et c’est un peu dommage. J’espère vraiment les retrouver plus tard.

 

 

Il y a quelque chose qui m’a sauté aux yeux ; et ça n’engage que moi : certaines scènes ou répliques m’ont immédiatement renvoyé l’image de Christian et Anna dans Cinquantes nuances de Grey. J’ai trouvé des similitudes entre Anna & Clara et entre Christian & Alexander. Alors, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit ; ce n’est pas une copie ou quoi que ce soit d’autre. Mais ce sont seulement des passages vraiment isolés qui m’ont rappelé les traits de caractères de ceux qui m’ont fait découvrir ce style de littérature.

 

 

Enfin j’ai vraiment aimé le style d’écriture. Je ne connaissais par Geneva LEE dont c’est le premier roman traduit en français – elle me l’a confirmé – ; et je ne regrette pas d’être allée à sa rencontre littérairement parlant bien sûr (je ne serais pas contre la rencontrer réellement !).


Son écriture est parfois légère et toujours simple. Elle sait commencer par un style frais avec de nombreuses touches d’humour sur la première partie du livre ; des répliques qui me resteront longtemps en mémoire. Puis, elle nous emmène sur un ton plus grave qui s’adapte parfaitement aux sentiments qu’elle veut nous amener à ressentir. Pour vivre pleinement l’histoire de Clara et Alexander.

 

 

Même si ce n’est pas, pour le moment, un gros coup de coeur à proprement parler – celui qui me fait vibrer au point de ne pas m’en remettre facilement -, c’est un roman qui se lit volontiers et sans difficulté. En 3 volumes – T2 le 9 juin et T3 le 7 juillet -, j’ai vraiment envie de découvrir la suite pour voir comment vont évoluer les personnages au travers des épreuves qui les attend. Mais j’attendrais que le 3ème tome soit sorti pour apprécier cette histoire à sa juste valeur, sans interruption. Mon avis n’est pas définitif ! Et j’espère vraiment, qu’au bout de la trilogie, je pourrais vous dire que c’est un vrai coup de coeur.

Norma

Écrire commentaire

Commentaires : 0