CONTRAT AVEC UN SALAUD – SARA AGNES L

 Amy a le don d’attirer les salauds : ses histoires d’amour finissent toutes en catastrophe. La dernière en date, une aventure avec son patron marié, lui a coûté son job. Désormais célibataire et au chômage, la jeune femme jure qu’on ne l’y reprendra plus… même si elle apprécie quelques plaisirs, comme ce soir là au bar, où elle laisse un homme assez cavalier l’approcher.

 

Lorsque, le lendemain, on l’appelle pour un emploi auquel elle a postulé, elle est enchantée et accepte de rencontrer la personne pour qui elle sera amenée à travailler : un artiste spécialisé dans la fabrication de décors de scène et qui a besoin d’une assistante.

 

Amy est loin d’imaginer qu’elle va se retrouver devant l’inconnu du bar. Lui se souvient parfaitement d’elle, et il est bien décidé non seulement à lui confier ce poste, mais aussi à réitérer ses exploits – sans engagement, bien sûr.

 

Oli sera-t-il le prochain salaud à gâcher la vie d’Amy, ou se révélera-t-il bien meilleur qu’il n’y paraît au premier abord… ?

 

 

L’auteure Sara Agnès L. est connue pour être parfois tendre, parfois rude avec ses personnages ; c’est exactement le sentiment que j’ai eu en lisant ce roman qui n’est pas son premier. Je ne connaissais pas l’auteure avant ce titre ; ce n’est donc pas sa notoriété (comme certains auteurs connus) qui m’a influencé. Seuls le résumé et la couverture m’ont conduit à vouloir la découvrir.

 

Dans ce roman, nous pouvons découvrir l’histoire d’Amy qui, au hasard d’une candidature pour un emploi idyllique, va se retrouver face à Oli qui représente, au premier abord, tout ce qu’elle cherche à fuir : un salaud dans toute sa splendeur qui n’a pas l’habitude de charmer les filles et qui ne collectionne que les conquêtes passagères. Et pour lequel, elle va tout de même accepter de travailler. Dès lors, commence une relation professionnelle basée sur une seule règle : plus de coucheries entre eux. Mais les règles ne sont-elles pas faites pour être, parfois, transgressées ? Et sera peut-être pris au piège celui/celle qui a émis cette règle.

 

Notre personnage masculin, Oli, derrière son côté gamin de 32 ans et ses incessantes pitreries qui lui servent de façade, est un génie créateur, franc et direct qui s’est toujours fiché de tout et qui n’a été que simple spectateur de son existence.

 

Mais sous ce masque, on peut ressentir, au fil des pages, la douleur d’un passé qui s’est brutalement arrêté, 8 ans en arrière. Un passage à ce sujet, même s’il arrive un peu tardivement à mon goût, est particulièrement bien écrit ; vraiment émouvant et poignant. C’est à ce moment-là qu’on se rend compte de ce qu’il a pu éprouver durant de nombreuses années, ce qui a pu se passer dans sa tête et du pourquoi de la vision qu’il a de lui-même. Cette vision qui l’a amené à construire des murs autour de lui ; et qui lui a fait s’interdire de se sentir bien et de s’interdire d’aimer.

 

Au contact d’Amy, Oli, bien que ne sachant pas vraiment ce qu’il attend de sa rencontre au départ, est prêt à finalement changer pour devenir acteur de sa vie. Mais ce qui à ses yeux est de la bonne volonté peut facilement être perçu comme des maladresses. Il n’a de cesse de chercher à la déstabiliser pour la faire craquer. Et c’est tout là, le schéma de cette histoire. Un vrai jeu du chat et de la souris s’instaure avec Amy. Qui n’a de cesse de lutter constamment contre des sentiments changeants et déroutants. Pour pouvoir tenir ses bonnes résolutions.

 

Eh oui, Amy n’a rien d’une fille pleurnicharde. Bien au contraire. Elle déteste les salauds ; ça on l’a bien compris ! Le passé lui ayant servi de leçon et la peur d’être blessée à nouveau, elle s’est endurcie en se créant, elle aussi une carapace difficile à faire céder. Et c’est parfaitement décrit. Malgré des moments de faiblesse où elle peut trouver Oli charmant, elle est résistante par peur de se faire avoir à nouveau. Elle n’est pas prête à lui faire confiance, elle est exigeante et je l’ai trouvée parfois dure envers Oli, dans ses actes et paroles. Trop souvent à mon goût. Mais arrêtera-t’elle de fuir pour accorder une chance à Oli ? Si j’avais pu, je lui aurais volontiers dit : « ne voudrais-tu pas me laisser ta place ? »

 

De prime abord, leur seul point commun : chacun a vécu une histoire douloureuse et se protège comme il le peut. Elle ne veut pas souffrir plus ; lui ne veut pas trahir son passé. Ils semblent, chacun, comme emmurés.

 

Dans ce livre, n’est pas forcément le plus fragile, le personnage auquel on penserait au premier abord. Il y a des scènes de séduction mémorables et des scènes de rejet vraiment poignantes où la force des mots et des phrases nous font vivre les sentiments ressentis (surtout, pour ma part, en ce qui concerne Oli).

 

Le cheminement peut sembler long et pesant ; on a l’impression que l’histoire tourne en rond avec une impression de répétitions.

 

Mais à côté de ça il y a quelque chose de très beau : l’emploi de métaphores. Pour les amoureux de la langue française, comme moi, j’ai trouvé que ça apportait vraiment un joli plus à cette histoire ; un côté romantique nécessaire. Et, point non négligeable, une fin originale et très belle ; en tout cas pour moi.

 

Alors malheureusement, ce n’est pas du tout un coup de cœur pour moi ; il m’a manqué un petit quelque chose que je ne saurai expliquer. Ce petit truc en plus pour allumer l’étincelle qui déclenche une succession de sentiments importants pour justifier le coup de cœur. Mais cette histoire se laisse lire facilement pour qui aime les personnages torturés, compliqués et qui se cherchent sans cesse.

 

Il n’empêche que je n’en resterais pas là avec cette auteure. J’aimerais beaucoup découvrir « L’or et la nuit » paru en 2014 et son petit dernier « A moi » paru début mai 2016.

Norma

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

FOLLOW ME BACK

BLIND LOVE

DRIVEN #7

ABOVE ALL

BAD ROMANCE